Contre l’adoption homoparentale

Dans le débat respecte à l’adoption homoparentale, on trouve des arguments favorables à l’adoption par des parents homosexuels, et les arguments contre l’homoparentalité. Les arguments pour  sont basés que les enfants de couples homosexuels sont autant de capables d’élever des enfants que des couples hétérosexuels. Dans les arguments contre, souvent des positions religieuses affirment que les enfants élevés par des couples homoparentales sont dans un majeur risque d’avoir des problèmes dans leur développement  que les enfants de couples hétérosexuels. Dans cette occasion, je propose, s’il est possible, des arguments séculaires contre l’homoparentalité.

Tous les études que disent qu’il n’y a pas de différences significatives entre les enfants élevés dans des familles homoparentales et les autres. Selon l’APA (American Psychological Association), “il n’y a aucune preuve fiable que l’orientation homosexuelle en soi compromet le fonctionnement psychologique. Deuxièmement, les croyances que les adultes gais et lesbiennes ne sont pas compétents comme parents n’a aucun fondement empirique”[1]. Par contre, Robert Lerner dans son livre No Basis: What the Studies Don’t Tell Us About Same Sex Parenting, « la plupart des études sur l’adoption homoparentale ne traitent pas de l’adoption gay réelle mais plutôt les enfants naturels d’un partenaire de même sexe, ou les enfants qui sont le résultat de l’insémination artificielle »[2]. Peut-on croire les études qui concluent que l’homoparentalité n’a pas de différence avec l’heteroparentalité ?

Le développement des enfants dépend de leurs parents. C’est pour céla que si un enfant a des parents dysfonctionnels, il ou elle sera élevé dysfonctionnel(e). Les individus homosexuels ont plus de risques d’avoir des maladies sexuellement transmissibles[3] come le Sida qui est, possiblement, causé par la promiscuité des couples gay[4]. De même part, si on veut légaliser l’adoption homoparentale, il faut considérer aussi la consommation des drogues para les individus homosexuels[5] qui, éventuellement, pourront adopter des enfants.

Un enfant a droit à un père et une mère, quel que soit le statut juridique du couple de ses parents, mais si la situation de la vie ne laisse pas qui’il les ait (des maladies, un accident, la mort, etc), c’est mieux qui’il ait l’opportunité d’avoir des parents du même sexe qu’être seul. Cependant, il faut que des études considèrent des risques et qu’ils ne soient pas biasés pour la legalisation de l’adoption homoparentale.

[1] http://gaylife.about.com/od/gayparentingadoption/a/gayadoptionstat.htm

[2] Lire la suite sur http://spectator.org/articles/51551/no-gay-adoption et No Basis: What the Studies Don’t Tell Us About Same Sex Parenting. Read more at http://www.eppc.org/docLib/20030423_No_Basis.pdf

[3] http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1070935/

[4] www.nytimes.com/2010/01/29/us/29sfmetro.html

[5] http://www.independent.co.uk/life-style/health-and-families/health-news/drug-use-seven-times-higher-among-gays-8165971.html

Advertisements

Leave a comment

Filed under Lex, Rosetta

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s